• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Les déportés en Australie
 ANALYSE  Partager      
Les déportés en Australie
Article diffusé depuis le 19-mai-01
 




Des 99 condamnés à la potence de la rébellion de 1838, 58 obtiennent une comuation de leur peine de mort en déportation dans une colonie pénale. Bien que les prisonniers du Bas-Canada aient connu leur sort la veille de l'embarquement pour les terres australes, la décision des autorités datait du mois de juin (LEPAILLEUR, 1996:7). La plupart des rebelles sont écroués depuis la fin du soulèvement de novembre 1838, près de 10 mois auparavant. De ces 58 déportés, 53% se disent illettrés (LEPAILLEUR, 1996:376 à 395). La majorité sont des cultivateurs, ils représentent 48% des déportés bas-Canadiens. À ce nombre, on peut additionner ceux qui se disent cultivateur avec un métier d'appoint, menuisier par exemple. Le pourcentage augmente alors à 63,7 %. La moyenne d'âge des déportés est de 39 ans ; le plus jeune est Désiré Bourbonnais (20 ans) et le plus agé, Samuel Newcomb qui a 65 ou 66 ans.

Les 58 prisonniers sont informés de leur déportation le 25 septembre 1839 à trois heures de l'après-midi (PRIEUR, 1974:144). Le départ de la prison du Pied-du-Courant doit se faire à 8 heures le matin du 26 septembre 1839. Prieur raconte que beaucoup de familles sont venues rendre une dernière visite aux déportés (PRIEUR, 1974:145). Le Canadien s'indigne du traitement réservé aux anciens rebelles : "[...]Alors comment peut-on traiter des hommes comme des condamnés couverts d'une condamnation infamante, leur raser les cheveux, les revêtir d'un uniforme des criminels, et les envoyer dans une colonie penale comme des hommes souillés des crimes les plus honteux?" (Le Canadien, 30 septembre 1839). Les condamnés embarquent à bord du British America pour Québec. Dans le haut du Richelieu, le capitaine jette l'encre pour attendre le navire Saint-George (LEPAILLEUR, 1996:17), transportant les 83 insurgés du Haut-Canada (BERGEVIN, 1991:48). La majorité,(70) est d'origine américaine, car seulement trois sont nés au Haut-Canada. ils proviennent pour la plupart de New York, du Massachusetts et des États frontaliers. Parmi eux figurent trois Bas-Canadiens : Joseph Lefort, Jean-Baptiste Morisset et Michel Morin (LEPAILLEUR, 1996:395). Le 27 septembre à 11 heures, les 141 déportés sont au port de Québec et embarquent à bord du Buffalo (PRIEUR, 1974:147).

Stéphanie Beaupied

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 4991 fois depuis le 19-mai-01

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca