• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Dessaulles, Jean
 BIOGRAPHIE  Partager      
Dessaulles, Jean
Article diffusé depuis le 19-mai-01
 




Jean Dessaulles est le fils de Jean-Pierre De Saulles, un marchand suisse, et de la canadienne Marguerite Crevier Décheneaux. Jean Dessaulles a fait ses études classiques chez les Messieurs de Sulpice au Collège Saint-Raphaël, à Montréal de 1779 à 1781. Il s'y lie d'amitié avec Antoine Girouard qui deviendra le 5ecuré de Saint-Hyacinthe à partir de 1805 (BERNARD, 1988 : 227). La famille de Dessaulles s'installe à Saint-Hyacinthe vers les années 1780. Dessaulles considère sa tante Marie-Anne Crevier Décheneaux, la seigneuresse et la veuve de Jacques-Hyacinthe Simon Delorme, comme une deuxième mère (BERNARD, 1988 : 226). Lorsque sa tante meurt, les cinq huitièmes de la seigneurie vont à son fils Hyacinthe-Marie alors que les trois huitièmes vont à Pierre-Dominique Debartzh, petit-fils de Delorme issu d'un premier mariage (BERNARD, 1988 :226). Dessaulles demeure agent de la seigneurie pour le compte de son cousin qui le nomme héritier officiel de la seigneurie en 1814 (PARIZEAU, 1976 :16). Jean Dessaulles prend vite son héritage en main, il est un seigneur très actif et joue pour beaucoup dans le développement de la seigneurie de Saint-Hyacinthe. Saint-Hyacinthe doit d'ailleurs à son seigneur l'établissement de services comme le marché public, le palais de justice et le séminaire (SOCIÉTÉ D'HISTOIRE, 1998 :45). Avec son ami, le curé Girouard, il entreprend de créer un collège pour former un clergé de qualité et une élite laïque dans la région (PARIZEAU, 1976 :17). Jean Dessaulles s'est marié à deux reprises. Une première fois en 1799 avec Margerite-Anne Waddens que la mort emporte deux ans plus tard avec leurs deux jeunes enfants (BERNARD, 1988 :226). Ensuite, il se marie le 16 février 1816 avec Marie-Rosalie Papineau, fille du notaire Joseph Papineau et sœur de Louis-Joseph Papineau (SOCIÉTÉ D'HISTOIRE, 1998 :44). C'est à ce moment que Dessaulles entre sur la scène politique.

Jean Dessaulles connaît une carrière politique importante, mais sans éclat (PARIZEAU, 1976 :17). En 1817, il devient député de la grande circonscription de Richelieu et, de 1829 à 1831, il représente la circonscription de Saint-Hyacinthe qui vient d'être détachée de celle de Richelieu. Contrairement à certains députés, il est toujours fidèle aux rendez-vous de la chambre d'Assemblée à chaque session (PARIZEAU, 1976 :17). Dessaulles ne s'illustre pas autant que son beau-frère Louis-Joseph Papineau, car il est moins instruit, plus modéré et il n'a pas les mêmes dons d'orateur (PARIZEAU, 1976 :21). Il vote souvent en faveur de résolutions qui ennuient et exaspèrent le gouverneur et les conseillers (SOCIÉTÉ D'HISTOIRE, 1998 :45). D'ailleurs en 1822, il préside le comité de protestation de Richelieu qui s'oppose vivement à l'union du Haut et du Bas-Canada. Même s'il appuie la politique menée par son beau-frère Louis-Joseph Papineau, il n'est pas toujours favorable à la violence de ses arguments. Le 9 novembre 1831, le gouverneur Matthew Whitworth-Aylmer offre le Conseil législatif à Jean Dessaulles. L'objectif du gouverneur est de donner des gages de bonne volonté, en faisant entrer des éléments modérés à la chambre haute. (PARIZEAU, 1976 :19) Dessaulles accepte, mais il écrit au gouverneur, en français, pour soumettre sa condition qui est de pouvoir voter comme il l'entendra. Lord Aylmer accepte la condition de Dessaulles et, en 1832, Jean Dessaulles devient l'honorable Jean Dessaulles. Il reste membre du conseil législatif jusqu'à sa mort en 1835. Tout comme les autres conseillers francophones, le rôle de Dessaulles au conseil ne fut pas très imposant (BERNARD, 1988 :227).

À en juger les absents lors de ses funérailles (Joseph Papineau, Denis-Benjamin Papineau et Louis-Joseph Papineau), que peut-on penser des convictions politiques du seigneur ? Certains, comme Parizeau, croient que l'absence des Papineau aux obsèques de Dessaulles a un lien direct avec sa nomination au Conseil législatif et avec son congé lors de la discussion du Conseil sur les quatre-vingt-douze résolutions (PARIZEAU, 1976 :31).

Fanie Perras

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 1765 fois depuis le 19-mai-01

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca