• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - 17 f関rier 1834 - Adoption des 92 R閟olutions devant la Chambre d'Asssembl閑
 EVENEMENT 
     
17 f関rier 1834 - Adoption des 92 R閟olutions devant la Chambre d'Asssembl閑
Article diffus depuis le 10 mars 2000
 




Le 17 f関rier 1834, les Quatre-vingt-douze R閟olutions sont adopt閑s la Chambre d'assembl閑, dans un contexte particulier. Depuis 1803 et jusqu'en 1850, une crise agricole affecte l'閏onomie du Bas-Canada. Les difficult閟 viennent du fait que les sols sont 閜uis閟, mais exploit閟 et affect閟 par la maladie et les insectes, comme la mouche du bl.

Au cours de la m阭e p閞iode, la population est affect閑 par une 閜id閙ie de chol閞a qui fait des milliers de morts (Lacoursi鑢e, 1996: 279). Celle-ci est apport閑 par des immigrants irlandais qui sont autoris閟 d閎arquer au Bas-Canada. partir du 30 juillet 1832, 蒬ouard-蓆ienne Rodier, accuse les autorit閟 anglaises d'阾re l'origine de la maladie qui affecte surtout les Canadiens fran鏰is. Par le fait m阭e, il fournit des munitions importantes au parti de Louis-Joseph Papineau dans sa lutte contre les autorit閟 britanniques. C'est en partie gr鈉e cela qu'en janvier 1834 le Parti patriote finalise la prise de contr鬺e de l'Assembl閑 l間islative. Une majorit des d閜ut閟 de la Chambre appuie donc le Parti patriote dans leurs revendications.

la m阭e 閜oque, Lord Aylmer est gouverneur du Bas-Canada. Consid閞 comme mod閞, il fait des concessions importantes au Patriotes. En effet, il offre le Conseil ex閏utif Papineau, 10 si鑗es sur 22 aux Canadiens fran鏰is au Conseil l間islatif et est pr阾 donner le contr鬺e partiel de la Liste civile. N閍nmoins, Aylmer ne touche pas au salaire des juges et ne donne pas la responsabilit minist閞ielle.

C'est dans ce contexte que Papineau dresse un bilan de ses revendications avec certains de ses partisans. Le 17 f関rier 1834, les Quatre-vingt-douze R閟olutions sont pr閟ent閑s la chambre par Charles-Antoine Taschereau (B閏hard, 1885: 58) ou par 蒷z閍r B閐ard (B閐ard, 1869: 336). Un comit sp閏ial est charg d'en faire l'analyse et de les amender au besoin. D鑣 le 18 f関rier 1834 une v閞itable bataille parlementaire est amorc閑 et provoque le d閜art des d閜ut閟 mod閞閟 du Parti patriote.

Fid鑜e ses habitudes, Papineau prononce un discours long et enflamm (Dionne, 1834: 17). Au cours de cette harangue, il d閚once le clerg, r閟ume les 関閚ements politiques des cinquante derni鑢es ann閑s en plus de d閒endre les Quatre-vingt-douze R閟olutions. Il est appuy en des termes r閟erv閟 (Dionne, 1834: 19) par Louis-Hyppolite Lafontaine et aussi par Sabrevois de Bleury, Vanfelson et Bourdages. Bien que favorable aux Quatre-vingt-douze R閟olutions, le r鬺e de B閐ard se limite essentiellement faire la lecture des propositions la Chambre (Chapais, 1972: 30).

De l'autre c魌, certains patriotes mod閞閟, ainsi que des bureaucrates et d'autres d閜ut閟 de la chambre prononcent des discours contre les Quatre-vingt-douze R閟olutions. Ainsi, John Neilson ne se g阯e pas pour d閚oncer la politique outranci鑢e, dangereuse et excessive des Quatre-vingt-douze R閟olutions (Chapais, 1972: 30) et propose une contre-proposition. Aussi, Andrew Stuart con鏾it les Quatre-vingt-douze R閟olutions comme provocatrices et non repr閟entatives des aspirations du peuple. Pour Quesnel et Gugy, les Quatre-vingt-douze R閟olutions sont rien de moins qu'une d閏laration de guerre. Pour ce dernier en particulier, elles font appel l'exasp閞ation et la d閙ence (Chapais, 1972: 33).

Suite l'閠ude du comit sp閏ial, la contre-proposition pr閟ent閑 par Neilson est rejet閑 par 56 voix contre 24 (Lacoursi鑢e, 1996: 287). Pour leur part, les Quatre-vingt-douze R閟olutions sont finalement adopt閑s par 56 voix contre 23. La journ閑 m阭e, Augustin-Norbert Morin est charg d'aller rejoindre Denis-Benjamin Viger Londres, afin de lui remettre une requ阾e bas閑 sur les Quatre-vingt-douze R閟olutions (B閏hard, 1885: 59), ainsi qu'une adresse pour le Parlement britannique (Lacoursi鑢e, 1996: 287). Selon Jean-Marc Paradis, Morin rencontre aussi Viger Londres pour lui pr閟enter les p閠itions de la chambre sur l'閠at de la province (Paradis, 1977: 627). Apr鑣 le d閜魌 des DOCUMENTS et un d閎at au parlement britannique, l'ultime aboutissement et rejet des Quatre-vingt-douze R閟olutions a lieu par l'adoption des R閟olutions Russell en mars 1837.

Au plan de l'閏riture, le texte original des Quatre-vingt-douze R閟olutions est long et ennuyeux. Comme le dit Narcisse-Eutrope Dionne, la r閐action du document est n間lig閑 et exige une relecture pour saisir le sens de chacune des r閟olutions (Dionne, 1834: 11). En plus, le document contient plusieurs exag閞ations, contradictions et r閜閠itions. Par le fait m阭e, les Quatre-vingt-douze R閟olutions n'ont pas l'envergure de la D閏laration d'ind閜endance am閞icaine laquelle on les a souvent compar閑s (PATRIOTE, 2000).

Pour ce qui est du contenu du document, les huit premi鑢es r閟olutions rappellent la loyaut du peuple canadien envers l'Angleterre. Dans les r閟olutions 9 40 on d閚once plut魌 la composition du Conseil et demande qu'il devienne 閘ectif. Pour leur part, les r閟olutions 41 47 pr閏onisent une constitution et des institutions plus conformes aux aspirations des Canadiens fran鏰is., On d閚once ensuite des communications en provenance de Londres qui sont jug閑s insultantes envers les Canadiens fran鏰is. Les r閟olutions 51 55 affirment et d閒endent plut魌 les droits et la langue de la population du Bas-Canada. Dans les r閟olutions qui suivent sont abord閑s les questions des terres, des finances et de la sous repr閟entation des francophones dans la fonction publique. La r閟olution 85 met le gouverneur Aylmer en accusation tandis que la r閟olution 86 est une menace indirecte dans le cas o la Chambre n'obtient pas justice. Les derni鑢es r閟olutions 関oquent plut魌 le r鬺e de Daniel O'Connell, de David Hume et de Denis Benjamin Viger.

Dans la crise qui m鑞e au recours aux armes l'automne 1837, le d閜魌 des Quatre-vingt-douze R閟olutions peut 阾re consid閞 comme un des 関閚ements les plus importants. En effet, ce document est un v閞itable programme politique qui indique que le Parti patriote emprunte maintenant la voie des radicaux et est donc pr阾 recourir aux armes pour r閟oudre la crise. Par le fait m阭e, il a le double effet d'obliger les mod閞閟 quitter le parti en m阭e temps que de consolider et de souder les troupes restantes.

Martin Carmel

________________________

B蒀HARD, Auguste, L'honorable A.-N. Morin, Qu閎ec, Imprimerie de "la V閞it", 1885: 56-59; B蒁ARD, Th閛phile-Pierre, Histoire de cinquante ans (1791-1841), Qu閎ec, 1869: 336-363; CHAPAIS, Thomas, Cours d'histoire du Canada, Tome 4 (1833-1841), Trois-Rivi鑢e, Bor閍l, 1972: 17-39 ; DIONNE, Narcisse-Eutrope, Les trois com閐ies du statu quo, Qu閎ec, Laflamme et Proulx, 1909: 10-19; FILTEAU, G閞ard, Histoire des Patriotes, Montr閍l, Univers inc., 1980: 119-177; LACOURSI萊E, Jacques, Histoire populaire du Qu閎ec. De 1791 1841, Qu閎ec, Septentrion, 1996: 279-289; PARADIS, Jean-Marc, "Morin, Augustin-Norbert", DBC, vol. IX, Qu閎ec, PUL, 1977: 629-630.

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 15758 fois depuis le 10 mars 200

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca