• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - B閐ard, Pierre-Stanislas
 BIOGRAPHIE 
     
B閐ard, Pierre-Stanislas
Article diffus depuis le 20 mai 2000
 




Issu d'une famille rurale et paysanne de Charlebourg, Pierre-Stanislas B閐ard sera le premier de sa famille jouer un r鬺e dans la destin閑 canadienne-fran鏰ise au dix-neuvi鑝e si鑓le. Joseph-Isidore, un de ses fils deviendra d閜ut de Saguenay ainsi que son fr鑢e Elz閍r, celui-l m阭e qui pr閟enta les Quatre-vingt-douze R閟olutions l'Assembl閑 l間islative en f関rier 1834 (Dionne, 1909 :161;221).

Pierre-Stanislas B閐ard appartient la premi鑢e g閚閞ation de politiciens canadiens-fran鏰is avoir d閒endu la cause nationale. Il d閙ontre une pleine confiance envers les institutions britanniques, le roi et son gouverneur, qu'il voit comme 閠ant " la personne sacr閑 de sa Majest et [les Canadiens se doivent de] lui appliquer les m阭es maximes " (Dionne, 1909 : 38).

Fils de paysan, B閐ard opta plut魌 pour une carri鑢e professionnelle et fut re鐄 avocat en 1790. Selon Dionne (1909 : 8) " quelques ann閑s de pratique lui suffirent pour obtenir la r閜utation incontest閑 de premier avocat de son temps ". Il est passionn de droit constitutionnel. B閐ard est un des premiers hommes politiques avancer l'id閑 de responsabilit minist閞ielle (Chapais, 1923 : 117). Il d閚once les " personnages de marque occupant de tr鑣 hautes charges, lesquels, tout irresponsables qu'ils fussent, conseillaient le gouverneur en petit comit. Mais qui, dit-il, e鹴 os venir devant la Chambre ou devant le public, et dire : "C'est moi qui ai conseill le gouverneur en telle et telle circonstance ? " " (Dionne, 1909 :38-39). Cependant, Ouellet (DBC, vol VI : 46) soutient que " B閐ard n'est pas tellement enchant par la carri鑢e qu'il a choisie ". C'est dans l'ar鑞e politique qu'il retrouve un environnement qui lui sied davantage. Il est 閘u pour la premi鑢e fois en 1792 dans le comt de Northumburland, qu'il repr閟entera jusqu'en 1808 Il repr閟ente ensuite la basse-ville de Qu閎ec, puis le comt de Surrey jusqu'en 1812. D'un milieu modeste, B閐ard devient partir de 1805 le principal d閒inisseur de l'id閛logie du Parti canadien s'adressant aux classes moyennes canadiennes-fran鏰ises. Il est de ceux qui croient au puissant pouvoir de la presse sur l'opinion. B閐ard est un ardent d閒enseur de la libert de presse. " C'est cette libert de presse qui rend la constitution d'Angleterre propre faire le bonheur des peuples qui sont sous sa protection " (Dionne, 1909 : 47). Avec Taschereau et Blanchet, il 閏rit au Canadien, fond en novembre 1806, o il d閒end les int閞阾s des Canadiens l'int閞ieur de la constitution britannique. C'est travers ses textes dans Le Canadien que la pens閑 politique de B閐ard s'affirme et se pr閏ise. Il salue cette constitution o " tout le monde est sa place, [o鵠 le peuple a ses droits [et o鵠 les grands ne peuvent pas aller au-del des bornes que la loi met leur autorit " (Le Canadien, 4 novembre 1809 dans DBC, vol VI : 47). Ce sont ces droits du peuple et les abus de ces " grands " qu'il s'affaira mettre au jour travers son journal. Adversaire du Courier de Qu閎ec et du Quebec Mercury, B閐ard s'attire les foudres des dirigeants coloniaux en affirmant propos de la constitution de 1791, qu'il juge " la plus capable de faire notre bonheur " que " malheureusement, la mani鑢e dont elle est administr閑, jusqu'ici, lui donne un effet bien oppos cette intention " (DBC, vol VI : 48). Le gouverneur Craig, sous la pression des bureaucrates, fit saisir Le Canadien le 17 mars 1810 et perquisitionner ses locaux. Le 19, B閐ard fut arr阾, en compagnie de Taschereau et Blanchet, tous trois propri閠aires du journal, et accus閟 de men閑s tra顃resses (Dionne, 1909 : 102). Ses deux associ閟 sont rel鈉h閟 quelques temps plus tard pour des raisons de sant; B閐ard demeura seul incarc閞. Bien que le gouverneur lui proposa la libert en 閏hange d'une demande de pardon, confession d'une faute non commise selon lui, B閐ard continua de clamer qu'il ne sortirait de prison " que lorsqu'un corps de jur閟 aura bien et d鹠ent d閏lar [son] innocence " (Dionne, 1909 : 113). Apr鑣 une ann閑 de d閠ention, devant l'impasse, le gouverneur fit expulser de prison B閐ard qui refusait toujours de sortir sans proc鑣 juste. En 1812, il accepta d'阾re nomm juge Trois-Rivi鑢es, le privant ainsi de pouvoir de si間er l'Assembl閑 l間islative. Il regrettera plus tard cette d閏ision. Pierre-Stanislas B閐ard mourut le 26 avril 1829 des suites d'une maladie qu'il avait contract閑 lors de son s閖our en prison.

Fran鏾is Bellemare

CHAPAIS, Thomas. Cours d'histoire du Canada, tome IV 1833-1841, Qu閎ec, Librairie Garneau, 1923.; DIONNE, N.-.. Pierre B閐ard et ses fils, Qu閎ec, Laflamme et Proulx, 1909.; OUELLET, Fernand. B閐ard, Pierre-Stanislas, DBC. Vol VI : 45-53.

 


Chercher dans les ouvrages consacr閟 aux patriotes.





Consult 5004 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca