• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - GIROUARD, Jean-Joseph (1795-1855)
 BIOGRAPHIE 
     
GIROUARD, Jean-Joseph (1795-1855)
Article diffus depuis le 14 octobre 2000
 




Qu閎ec, 11 novembre 1795

Saint-Benoit, 18 septembre 1855

(42 ans en 1837)

Fils de Joseph Girouard et de Marie-Anne Baillarg et 閜oux de Marie-Louise Lam閐鑡ue dit F閘ix

Intellectuel et th閛ricien du mouvement patriote

notaire et d閜ut de Deux-Montagnes

Ayant perdu son p鑢e l'鈍e de cinq ans, Girouard fut recueilli, avec sa m鑢e et ses soeurs, par M. Gratien, cur de Sainte-Famille, 頻e d'Orl閍ns, et il suivit son protecteur Sainte-Anne-des-Plaines, puis Saint-Eustache, en 1810. A 16 ans il commence a 閠udier le notariat et, apr鑣 cinq ans d'閠udes, il est admis la profession en juin 1816. Il s'installe alors Saint-Benoit.

Unanimement choisi,le 20 d閏embre 1831, par les 閘ecteurs du comt de Deux-Montagnes, il exercera ce mandat jusqu' la suppression de la constitution en 1838. Intime ami de A-N. Morin, il avait d閖 pris une part importante la pr閜aration des 92 r閟olutions et lorsque commen鏰 la grande campagne d'assembl閑s de 1837, il y figura au premier rang. Dans sa r間ion surtout, il jouissait d'une influence extraordinaire, cause de son prestige et de sa r閜utation d'homme irr閜rochable. Avant la bataille de Saint-Eustache, il fait tout ce qu'il peut pour pr関enir une effusion de sang inutile. Cela n'emp阠he pas les bureaucrates de le tenir comme un des chefs insurg閟 les plus dangereux, et, en d閏embre 1837, une r閏ompense de 500 livre est promise contre sa capture.

Oblig de fuir l'arriv閑 des troupes, il quitta Saint-benoit le 14 d閏embre et se r閒ugie dans une pr閏aire cachette Saint-Polycarpe durant une dizaine de jours. D閏id se livrer, il offre plusieurs Canadiens de se rendre a eux pour qu'ils puissent au moins toucher la prime. Par noblesse d'鈓e, aucun n'acceptera ce march. C'est finalement un officier anglais qui touchera une prime de 2000 livres.

Outre sept mois de prison, son patriotisme lui co鹴a la ruine compl鑤e de ses propri閠閟, incendi閑s sur l'ordre de sir John Colborne, le lendemain de la bataille de Saint-Eustache.

 


Chercher dans les ouvrages consacr閟 aux patriotes.





Consult 2102 fois depuis le 14 octobre

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca