• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - LE LIBÉRALISME ÉCONOMIQUE
 ANALYSE  Partager      
LE LIBÉRALISME ÉCONOMIQUE
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




À écouter les marchands britanniques, ce sont eux les véritables promoteurs de l'idéologie libérale et d'un capitalisme efficace, compétitif et créateur de richesses au Canada. Les marchands de Montréal et de Québec se gardent bien qu'on les confonde avec les administrateurs coloniaux, défenseurs du principe aristocratique. Pour eux, l'avenir du Québec est celui d'un vaste empire commercial entre l'Amérique et l'Europe, uniformément anglophone et contrôlé par un groupe de marchands actifs et audacieux. Ils sont en revanche hostiles à la démocratie souhaitée par les Patriotes et les Rouges, puisque les Canadiens-Français leur semblent majoritairement rétrogrades, arriérés et hostiles au progrès libéral. Cette idéologie, libérale sur le plan économique, fait donc bon ménage avec un système oligarchique et colonialiste.

Les promoteurs du nationalisme libéral et les adeptes du libéralisme économique s'affrontent donc sur à peu près tous les fronts durant la première partie du siècle. L'un et l'autre groupe fait face à des difficultés: les marchands, à l'abandon du protectionnisme anglais et les professionnels, à la crise agricole. Ils n'hésitent pas par conséquent à attribuer leurs malheurs à l'autre groupe et reportent leur conflit sur le plan ethnique, s'accusant mutuellement de racisme. Les deux idéologies utilisent enfin activement l'arme politique pour défendre leur vision du Québec.

Quoique victorieux en 1837, les marchands britanniques font bientôt face à la fin de la protection coloniale (1846) et de leur rêve d'empire commercial. La victoire du gouvernement responsable en 1849, victoire du principe démocratique, semble de surcroît donner ultimement raison aux Patriotes de 1837. Abandonnée par l'Angleterre et forcé de composer avec un parlement démocratique, les riches marchands semblent découragés et pense même en 1849 annexer le Canada aux États-Unis. Mais la croissance vigoureuse de l'économie après 1850 redonne confiance aux marchands britanniques qui vont désormais miser sur un projet de Confédération de tout le Canada en s'appuyant, au Québec, sur des professionnels assagis et un clergé complaisant. La Constitution de 1867 est donc directement inspirée par l'idéologie libérale des marchands et des industriels anglo-saxons, avec le concours de l'élite francophone. La période qui s'ouvre après 1880, et que nous étudierons au chapitre cinq, sera donc l'âge d'or du libéralisme.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2934 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca