• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Maison natale des Côme-Séraphin Cherrier à Répentigny
 MONUMENT 
     
Maison natale des Côme-Séraphin Cherrier à Répentigny
Article diffusé depuis le 5 juillet 2011
 


PHOTO : Gabriel Ayotte



Au 595 rue Rivest, Repentigny, Qc.

Cette maison, connue sous le nom de "Juneau", fut, de 1764 à 1777, la résidence de Jean-Baptiste Normand, seigneur de Repentigny. Il en avait fait l’acquisition, en 1748, de Louis Moriseau. D’après la tradition orale, elle aurait servi de chapelle, avant l’érection de l’église paroissiale, en 1725. Le seigneur Normand naquit à Québec, en 1717, de Joseph-Jean Le Normand et de Marie Choret. Il épousa, en 1746, à Repentigny, Angélique Richeaume. Il fut commerçant de bois et de blé. D’après VIEUX MANOIRS, VIEILLE MAISON (page 50), qui en donne une photo prise de l’arrière, cette maison serait celle où naquit Come-Séraphin Cherrier. Celui-ci vit le jour, en effet, à Repentigny, le 22 juillet 1798, du mariage de Joseph-Marie et de Marie-Josèphe Gasté dit Bellefleur. Ses études classiques terminées au collège de Montréal, il fut reçu avocat, en 1822. Il fut député de 1834 à 1838, pour le comté de Montréal. Il était parmi les chefs des Patriotes. Il prononça de nombreux discours, protestant contre l’oligarchie du Gouvernement. Habillé d’un costume en étoffe du pays, il prononça, particulièrement, un discours aux côté de Girod, Lacroix, Brown et Cardinal, à Saint-Constant. Il plaida plusieurs causes célèbres contre les bureaucrates. Il fut arrêté et emprisonné en décembre 1837, à Montréal. La maladie lui permit, sous cautionnement, de 1000 livres, de reprendre sa liberté. Il fut l’un des avocats les plus célèbres de son temps. Il fut bâtonnier à Montréal. Il prononça un discours à l’église Notre-Dame de Montréal en faveur du pouvoir temporel des papes; il fut décoré par Pie IX. Il avait épousé, en 1833, Mélanie Quesnel, veuve de Joseph-Michel Coursol (et mère de l’honorable J.C. Coursol). Deux filles naquirent de cette union. Il hérita de son oncle, Denis-Benjamin Viger. Il fut président de la Banque du Peuple. Il décéda à Montréal, le 10 avril 1885, âgé de quatre-vingt-sept ans.

SOURCE : Rodolphe Fournier, Lieux et monuments historiques du nord de MontréalÉdition du Richelieu Ltée Saint-Jean.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 3472 fois depuis le 5 juillet 2011

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca