• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Extrait de La complainte des hivers rouges (1974), pièce de théâtre de Roland Lepage
 DOCUMENTS 
     
Extrait de La complainte des hivers rouges (1974), pièce de théâtre de Roland Lepage
Article diffusé depuis le 28 juin 2010
 




FEMME 2 — Les Anglais voulaient prend’ monsieur Girouârd, pis d’autes qu’y appelaient les chefs d’la rébellion.

FEMME 3 — Y arrêtaient pas d’offrir des récompenses à tous ceux qui voudraient dire où c’est qu’y étaient.

FEMME 4 — Y avaient placardé partout qu’y promettaient cinq cents lives, deux mille piasses! à n’importe qui qui’es aid’rait pour les r’trouver.

[…]

FEMME 1 — Y ont pris tou’es hommes de Saint-Benoît.

FEMME 2 — Y’es ont toutes renfarmés dan’une cour.

FEMME 3 — Y sont v’nus avec des soldats pour les questionner.

FEMME 4 — Y’es ont tâssés cont’ el’mur, y ont braqué deux gros canons sus eux autes, pis y ont dit qu’y allaient 'es tuer si y parlaient pas.

4 FEMMES — Y’es ont insultés, y ont craché d’ssus. Y ont ri d’eux autes, y’es ont humiliés.

Pendant ces répliques des femmes, l’éclairage a commencé à monter à travers le bas des échafaudages. Les hommes sont debout, plaqués contre les tiges de fer, faisant face aux canons, à la horde des soldats.

5 HOMMES, encore plus fort —
On l’sait pas!
On sait rien!
On’es a pas vus!
On peut pas rien dire!
On sait pas où c’qu’y sont!

[…]

FEMME 1 — Pi’es Anglais sont restés avec leûs deux mille piasses de récompense pis leûs placârds, pis y ont pu s’les mett’ dans l’trou!

FEMME 2 — Y avaient promis deux mille piasses aussi pour arrêter Chénier, mais y a personne qui’nn a voulu. A fallu qu’y l’tusent!

FEMME 3 — Y ont offert quat’ mille piasses, mille lives anglaises, pour la tête à Papineau. Y a pas un chat qui est a;;é 'es charcher!

FEMME 4 — Pis à l’heure qu’y est, Papineau a encôre sa tête su’es épaules. Y s’trouve à l’abri, saine et sauf, dan’es Étâts.

4 FEMMES — Pis y est pas tout seul à s’avoèr sauvé, Papineau. Y’nn a ben d’autes de même, qui sont partis comme lui. Pis y ont pus besoin d’avoèr peûr des Anglais!

La dernière réplique des quatre femmes a été lancée sur un ton de satisfaction triomphante. Mais les hommes vont se mettre à apparaître un à un dans les échafaudages. À mesure qu’ils commencent à parler, ils surgissent à différents niveaux, rampant entre les barres de fer, comme des fugitifs, des proscrits, qui se glissent dans des greniers, qui se terrent dans des trous.

HOMME 1 — Parc’ qu’y’nn a qui s’sont sauvés!

HOMME 2 — Y ont réussi à s’sauver, eux autes!

HOMME 3 — Des cheufs, qui nous ont embarqués dan’a galère, pis qui s’sont dépêchés d’désarter sitôt qu’la coque s’est mis à prend’ l’eau!

HOMME 4 — Des beaux parleux, qui ont pâssé leû temps à cracher en l’air dans toutes leûs grands discours, mais qui ont trouvé moyen d’pus êt’ là, quant’ les crachâts ont commencé à nous r’tomber sus l’nez!

HOMME 5 — Des faiseux d’politique, ben bons pour attiser l’feu dans l’poêle, mais qui ont pas traîné pour sacrer l’camp sus l’voèsin, quand y ont vu que c’tait en train d’brûler dans l’tuyau!

5 HOMMES — Pis y nous ont laissés là, pendant qu’y sont allés sauver leû peau dan’es Étâts!

HOMME 1 — À c’t’heure qu’y faut s’faire brûler nos maisons…

5 HOMMES — Y nous laissent là!

4 FEMMES, en écho douloureux — Y’es ont laissés là!

HOMME 2 — À c’t’heure qu’y faut s’faire g’ler pis crever d’faim dans l’fond des bois…

5 HOMMES — Y nous laissent là!

4 FEMMES — Y’es ont laissés là!

HOMME 3 — À c’t’heure qu’y faut essayer de s’cacher en d’ssours des greniers à cause d’la bande à Comeau qui nous charche dans tou’es coins…

5 HOMMES — Y nous laissent là!

4 FEMMES — Y’es ont laissés là!

HOMME 4 — À c’t’heure qu’y faut rester écrapoutis dans des trous, pendant des s’maines, pour pas qu’les soldats nous trouvent pis nous arrêtent …

5 HOMMES — Y nous laissent là!

4 FEMMES — Y’es ont laissés là!

HOMME 5 — À c’t’heure qu’on a toujours les Anglais qui nous courent su’es talons, pour nous traîner dan’es prisons…

5 HOMMES — Y nous laissent là!

4 FEMMES — Y’es ont laissés là!

FEMME 1 — Les chefs sont partis, pis nos hommes sont arrêtés!

FEMME 2 — Les soldats fouillent dans tou’es coins!

FEMME 3 — Les chiens d’la bande à Comeau r’nif’ dans tou’es trous!

À chacune des répliques des femmes, un des hommes est tombé des échafaudages, débusqué par les soldats. Les deux derniers sauteront à la réplique suivante. Ils sont traînés, poussés, bousculés à coups de pieds, sur un même côté du plateau. Ils se tiennent comme s’ils avaient les mains liées derrière le dos, avec la corde au cou pour les attacher.

FEMME 4 — Quand y trouvent les hommes, y’es prennent, y’es attachent ensemb’ comme du bétail, pis y’es traînent à Montréal.

FEMME 1 — Là y a des bandes d’enragés qui’es attendent au Pied-du-Courant.

FEMME 2 — Y leû tirent des roches pis d’la terre.

FEMME 3 — Y leû tirent des épluchures pis des œufs pourris.

FEMME 4 — Y leû tirent toutes sortes d’affaires sales!

4 FEMMES — Pis tout le monde crie : Shoot them! Hang them!… Shoot them! Hang them!…

Les hommes réagissent comme si on leur lançait divers projectiles à la tête. Les femmes s’élancent vers eux, pareilles à des mégères en furie, continuant à hurler : «Shoot them! Hang them!…» Elles les bousculent, elles les frappent. Mais après un moment, redevenant les femmes du chœur, elles s’immobilisent, se tournent vers le public et entonnent un nouveau couplet de la complainte. Tout en chantant eux aussi, les hommes enchaînés défilent lentement autour du plateau, pour aller se perdre au fond, sous les échafaudages.

CHŒUR — Arrachés d’leûs foyers, accâblés sous les chaînes,
Y s’en vont en prison de par tout le pays.
Y pâss’ en fac’ du mond’, qui leû crach’ tout’ sa haine,
Y raval’ leûs affronts, leû cœur a pas failli!

Mise en texte : Mélanie Plourde

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2734 fois depuis le 28 juin 2010

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca