• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Extrait de Papineau (1880), pièce de théâtre de Louis Fréchette
 DOCUMENTS  Partager      
Extrait de Papineau (1880), pièce de théâtre de Louis Fréchette
Article diffusé depuis le 28 juin 2010
 




La scène se déroule dans le village de Saint-Charles, la veille de l’assemblée des six comtés qui eut lieu le 23 octobre 1837.



PAPINEAU — Merci, mes amis; je vois avec plaisir que vous êtes animés de sentiments patriotiques. C’est bien. Soyez calmes; mais soyez unis! La voix du peuple opprimé s’élève jusqu’au ciel; et il arrive un temps où la Providence, non seulement lui tend la main, mais encore lui donne l’occasion de faire du bien même à ceux qui l’ont persécuté…

LES PATRIOTES — Hourrah!…

PAPINEAU — Mes amis, je ne suis, dans les destinées de mon pays, qu’un humble instrument entre les mains de la Providence; mais elle me prêtera la force de faire respecter nos droits, ou de mourir en les défendant! J’ai déjà forcé l’Angleterre à traiter avec moi; je l’obligerai à nous accorder les libertés sans lesquelles un peuple n’est plus qu’un troupeau. Le sol de l’Amérique n’est pas fait pour des ilotes. C’est la terre de liberté par excellence. L’esclave du sud, le colon du nord, sont des anomalies que le temps fera disparaître. Les vieux préjugés de l’ancien monde ne prendront jamais racine sur ce sol providentiel, qui sera libre un jour, depuis le détroit de Behring jusqu’aux confins de la Floride, depuis Terre-Neuve jusqu’à San Francisco. On m’accuse de vouloir l’annexion du Canada aux Etats-Unis : ce que je veux, c’est que, d’une manière ou d’une autre, sous un drapeau ou sous un autre, tous les peuples de ce continent vivent un jour main dans la main, dans la sainte fraternité du progrès matériel, intellectuel et moral!… Le despotisme européen ne s’implantera jamais ici; et, s’il faut que l’un des deux hémisphères fasse une jour la loi au monde, ce ne sera par l’Europe qui fournira des rois à l’Amérique, mais l’Amérique qui donnera des républiques à l’Europe!… On nous persécute? Serrons nos rangs, et protestons! Que le cri de liberté retentisse d’un bout à l’autre de la vallée canadienne! Rangeons-nous sous l’étendard de nos droits, et malheur aux sacrilèges qui oseraient y porter atteinte!

LES PATRIOTES — Hourrah pour Papineau!

Pendant les dernières paroles de Papineau, le feu de la rampe s’est éteint graduellement, et les fenêtres des maisons du village se sont illuminées.

PAPINEAU — Allons, mes amis, il commence à se faire tard; séparons-nous jusqu’à demain. Demain, dix mille hommes pousseront le cri de la protestation et de la résistance constitutionnelle; et cette voix, je l’espère, retentira jusqu’au pied du trône de cette jeune reine , qui, paraît-il, n’est pas illustrée par sa couronne, mais au contraire, illustre sa couronne par ses vertus. À demain! L’assemblée des six comtés marquera dans l’histoire!

[…]

NELSON, sortant — Moi, je dis qu’il est temps de fondre nos cuillers pour en faire des balles!


Mise en texte : Mélanie Plourde

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 3227 fois depuis le 28 juin 2010

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca