• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - René Boileau (1777-1842), patriote de Chambly
 BIOGRAPHIE 
René Boileau (1777-1842), patriote de Chambly

                Article diffusé depuis le 22 novembre 2018

 


L'Assemblée des Six comtés. Identité des personnages présents sur la tribune dans le de Charles Alexander (1891)


Notaire de Chambly, fils de René Boileau, député de Kent, opposé au projet d'union de 1822 et partisan du Parti canadien, et de Josephte de Gannes de Falaise, fille de Charles-Thomas de Gannes de Falaise. Né le 26 octobre 1777 et mort le 18 novembre 1842.

Par sa famille René Boileau fils est très tôt lié aux cercles patriotes de la rive-sud de Montréal : beau-frère de Thimothée Kimber de Longueuil par sa soeur Émilie et du député patriote patriote Joseph-Toussaint Drolet par sa soeur Sophie. Il se retrouve donc très tôt le principal organisateur patriote dans Chambly aux côtés du docteur Jean-Baptiste Allard. Boileau préside notamment une grande assemblée patriote à Longueuil, le 31 mars 1834 où son discours en faveur des 92 Résolutions est fort remarqué et où il est nommé sur le comité du comté de Chambly.  Boileau organise ensuite une assemblée publique sur le chemin Chambly pour dénoncer le gouvernement britannique et les résolutions Russell, le 4 juin 1837.  Surtout, Boileau est à la tête de la délégation de Chambly lors de l'Assemblée des Six Comtés à Saint-Charles-sur-Richelieu, les 23 et 24 octobre 1837. Il propose alors la seconde résolution à cette célèbre assemblée à l'effet que :

Que l'autorité de la Grande-Bretagne sur les Canadas ne peut et ne doit durer qu'avec la bonne volonté de leurs habitants, et ne peut s'appuyer sur la force brute qui ne confère point de droits, mais donne une injuste puissance qui ne doit valoir que jusqu'au jour d'une résistance efficace. (La Minerve, 30 oct. 1837)

Membre de l'élite bourgeoise et déjà âgé de 60 ans en 1837, Boileau ne participe pas à la rébellion armée. Il est pourtant arrêté et brièvement incarcéré le 16 décembre 1837. Boileau était demeuré célibataire si bien qu'il meurt sans héritier à sa maison de Chambly en 1842. Cette maison était demeurée jusqu'à nos jours symbole du dévouement des patriotes de Chambly. Elle est finalement tombée sous le pic des démolisseurs le 22 novembre 2018, la veille de la journée anniversaire commémorant la victoire des patriotes à Saint-Denis.

SOURCES : La Minerve, 14 avril 1834, 4 et 12 juin 1837 et 30 octobre 1837; The Canadian Vindicator, 15 avril 1834, Gilles Laporte, Patriotes et Loyaux, Québec, Septentrion, 2004; Julien S. Mackay, Notaires et patriotes, Québec, Septentrion. 2006.


Photos : Le Devoir

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 1829 fois depuis le 22 novembre 2018

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca